lire et relire: Roberto Juarroz

Publié le

lire et relire: Roberto Juarroz

Exercices d’approche.
Nous ne savons pas de quoi
ni même venant d’où.
Peut-être l’avons-nous oublié.

Certaines fois nous nous sentons
comme une marionnette
aux fils coupés,
agitant des vides,
à peine soutenus
par quelque parole
que défait le moindre souffle.

Mais d’autre fois le vide
prend la densité d’un corps
et assume cette parole, la soutient
comme le premier arbre
soutint le premier fruit
et aussi le premier oiseau.

Et alors nous ne sommes plus des marionnettes.

Treizième poésie verticale (1993) Traduction Roger Munier

 

Fidélité à l'éclair (2001)

Chaque poème a quelque chose de l'éclair. Je ne dirais pas que le poème "est" un éclair, mais qu'il y a en lui un éclair. Tel est le point de départ, il implique une exigence, mais il est très difficile d'être fidèle à un éclair, de faire en sorte que le poème s'organise, croisse comme un organisme autour de cet éclair, cette petite illumination initiale. Très difficile qu'ensuite ne vienne pas s'y ajouter tout ce qui relève du caprice, de la virtuosité de celui qui connaît le langage. Non: il faut que les choses naissent comme naît un organisme, comme elles naissent dans un organisme; que chaque cellule en laisse passer une autre, que chaque mot, chaque silence soient à l'origine d'un autre mot, d'un autre silence, qu'ils engendrent ce cycle, cette unité qu'est aussi un poème.