lire et relire: Jack Hirschman

Publié le

lire et relire: Jack Hirschman
INTERMÈDE HUMAIN
Elle se tenait debout
contre le mur
de l’hôtel Tevere, tenant à la main
un gobelet de plastique
quand il commença à pleuvoir.
 
Je me dirigeai vers elle
fouillai dans ma poche
à la recherche d’une pièce
et la jetai dans le gobelet.
La pièce tomba
au fond d’une boisson orange.
 
Je rougis et la regardai
à travers ses yeux ravagés et sa peau
et ses cheveux prématurément
gris, et dis
que j’étais désolé, j’avais cru
 
qu’elle faisait la manche…
"C’est ce que je fais…" dit-elle
et elle sourit : "Mais là, j’étais juste
en train de boire
un petit coup."
 
Et nous sommes restés là,
tous les deux, à rire,
en regardant les gouttes de pluie
qui tombaient sur le lac orange
au-dessus de l’argent noyé.
 
Traduction Francis Combes
 
J'ai su que j'avais un frère, p115
poèmes choisis
co-édition Le temps des Cerises et Maison de la Poésie Rhône-Alpes